selection of the month

Until 09/08

This month : L'Été

  • 10 films
  • 1 month
  • 1 theme

Text

Sous le soleil, sous le soleil Exactement, juste en dessous.
Sous le soleil exactement, Serge Gainsbourg / Anna Karina

En juillet, l’été éclaire LaCinetek. Le soleil vide les villes, dans une atmosphère propice aux dérives méditatives ; puis la lumière s’infiltre dans des terres reculées où se jouent des drames naturels et saisonniers. Enfin, ses rayons révèlent des huis clos incandescents en bord de mer et illuminent des aventures insulaires. Urbain, bucolique ou marin, l’été en tout cas, sera de cinéma !

Rome. Été 1961. Un ventilateur tourne dans un appartement et fait trembler les mèches claires d’une jeune femme – Monica Vitti. Suit une quête de poésie urbaine et sentimentale auprès d’un jeune boursier cynique mais séduisant – Alain Delon. L’été vu par Antonioni est une Éclipse de cinéma, un clair-obscur spirituel et brutaliste, à la fois intense et raréfié. 

Autre Chronique d’un été : celle du Paris de 1960 arpenté par le filmeur-ethnologue Jean Rouch et le sociologue Edgar Morin. Caméra au poing, ils interrogent : « Êtes-vous heureux ? » et composent un « été-vérité » sur les désirs et les doutes d’une époque, en croisant les témoignages d’étudiants, d’ouvriers ou de vacanciers aux origines diverses.

Quelques étés plus tard, des Nuages épars (1967) traversent le ciel japonais. La dernière romance de Mikio Naruse nous mène de Tokyo au bord du lac de Towada. Dans des paysages luxuriants magnifiés par le Tohoscope, se joue une saison d’amour mélancolique, aux états d’âmes changeants comme le climat.

C’est aussi un trajet de citadins vers la campagne qui nous porte chez Jean de Florette et Manon des sources (1985). Claude Berri, accompagné de Gérard Depardieu, Yves Montand, Daniel Auteuil et Emmanuelle Béart, s’abreuvent à la source de Marcel Pagnol. Son diptyque d’amour et de vengeance croise les drames humains à ceux de la terre : éclosion d’œillets, eaux-vives, sécheresse, ensoleillement… ces phénomènes naturels rythment la vie provençale, à la fois simple et mystérieuse. 

Plus loin, dans les terres bulgaro-roumaines, de l’autre côté du Danube, s’écrit Un été inoubliable (1994). Le réalisateur Lucian Pintilie fait le jour sur un épisode politique occulté des Balkans, à travers la vie d’une garnison des années 1920. Kristin Scott-Thomas campe une femme élégante et puissante, dont le sens du devoir défie les hiérarchies.

Une autre lumière éclaire la commune argentine de La Ciénaga (2001). Pour son premier film, Lucrecia Martel détourne le genre du huis clos estival : l’eau de la piscine est croupie, les parents ivres, le temps se dilate, les orages grondent, les cousins se draguent et les familles se désunissent. Un brûlot d’atmosphère tropicale, au climat torride. 

Le huis clos avec piscine inspire également Hollywood. Otto Preminger arrive sur la Côte d’Azur, le temps d’un été 1957, pour adapter Bonjour Tristesse de Françoise Sagan. Ce mélodrame flamboyant en cinémascope, innocent et cruel, révèle l’héroïne juvénile Jean Seberg, en coupe courte iconique et maillots monochromes, bientôt prête pour la « Nouvelle Vague ». 

Dans la Méditerranée se baigne aussi une Collectionneuse (1967). Rohmer, grand filmeur des amours d’été, fait des fables de vacances sur le désir et ses incomplétudes. Il nous invite dans une presqu’île de Saint-Tropez, où deux lecteurs et une hédoniste se livrent à des explorations sensuelles, méditatives ou cocasses. Le chef-opérateur Nestor Almendros capte avec grâce cet été qui colle à la peau bronzée de Haydée, se reflète dans les eaux transparentes, se fait indolent à la pénombre des pins ou inonde le champ de soleil.

Et pour vraiment prendre le large ? Embarquez pour Caracas et les Bahamas et vivez les aventures rocambolesques du Sauvage de Jean-Paul Rappeneau ! Une promesse de cinéma irradiant et survolté, où sévit le duo ensoleillé d’Yves Montand et Catherine Deneuve.

En juillet, dix films torrides, lumineux, éclatants ou doux – en autant de variations promises par l’été.
 

Read more

The selection of the month

Guest of the month

On est tout de suite séduits par Haydee (Politoff). On la trouve belle, naturelle et on comprend que la collectionneuse, c'est elle.
Coco
about La Collectionneuse
of Eric Rohmer

Teaser of the month

Choose your offer

Already subscribed? ?

  • Monthly subscription

    2,99€ per month

    10 films thematically selected, renewed every month. You can unsubscribe at any given time.

    Subscribe
    Free 7-day trial period

  • Annual subscription

    30€ a year

    You pay upfront and have a one-year subscription (2 months for free). No tacit reconduction: you subscribe again if you wish after the first year.

    Subscribe

  • Annual + subscription

    59€ a year

    Annual subscription + 12 films to choose from the whole catalogue of available films.

    "You pay upfront and have a one-year subscription and a 12-film credit (2 months for free). No tacit reconduction: you subscribe again if you wish after the first year."

    Subscribe

Give a subscription as a gift

Give an annual subscription as a gift to make your loved ones know about LaCinetek!

Click below to purchase.

Give an Annual ou Annual + subscription as a gift

Go further on this month's selection

Previous selections

Close