Chantal Akerman

Chantal Akerman

  • Réalisatrice belge, née en 1950 à Bruxelles, et morte à Paris en 2015.

    « Pour faire du cinéma, il faut se lever. Bon, je me lève ! » Chantal Akerman, Lettre de cinéaste

    De 1968 à 2015, la réalisatrice n’a cessé de se « lever » pour son œuvre, faite de 40 films, d’installations, de livres… Formée sur le vif du New York expérimental de 1970, elle invente un cinéma profondément personnel, qui modernise les genres (le burlesque Saute ma ville, le musical Golden Eighties, le mélodrame proustien La Captive) par l’autofiction et l’expérience sensible du quotidien, de sa durée, de ses gestes simples. Tenant à équidistance le gai et le glauque, ses portraits de femmes - elle-même dans Je, tu, il, elle ; Delphine Seyrig dans Jeanne Dielman ; Aurore Clément dans Les Rendez-vous d’Anna – éclairent d’un jour nouveau leurs intérieurs et intériorités, sondant les désirs féminins et lesbiens. De huis clos en films nomades (carnets de voyages, documentaires), ses récits intimes enquêtent inlassablement sur l’Histoire, à commencer par celle de sa mère, juive polonaise rescapée des camps (D’EstNo Home Movie), qu’elle suit dans la mort, un an après sa disparition. Décisive, son œuvre impacte des générations de féministes et d’artistes, de Michael Haneke à Gus Van Sant. 

  • Saute ma ville (1968) – L’Enfant aimé (1971) – Hôtel Monterey (1972) – La Chambre (1972) Le 15 / 8 (1973) – Hanging Out Yonkers (1973) – Je, tu, il, elle (1974) – Jeanne Dielman, 23, quai du commerce, 1080 Bruxelles (1975) – News from Home (1977) – Les Rendez-vous dAnna (1978) – Aujourd’hui, dis-moi (1980) – Toute une nuit (1982) – Hôtel des Acacias (1982) – Les Années 80 (1983) – L’Homme à la valise (1983) – Un jour Pina a demandé (1983) – Family Business (1984)  J’ai faim, j’ai froid (1984) – Lettre d’une cinéaste : Chantal Akerman (1984) – New York, New York bis (1984) – Golden Eighties (1986) Letters Home (1986) – Le Marteau (1986) – La Paresse (1986) – Rue Mallet-Stevens (1986) – Histoires d’Amérique (1988) –Les Trois Dernières Sonates de Franz Schubert (1989) – Trois strophes sur le nom de Sacher (1989) – Pour Febe Elisabeth Velasquez, El Salvador dans Contre l’oubli (1991) – Nuit et Jour (1991) – Le Déménagement (1993) – DEst (1993) – Portrait d’une jeune fille de la fin des années 60 a Bruxelles (1993) – Un divan à New York (1996) – Chantal Akerman par Chantal Akerman (1997) – Le Jour où (1997) – Sud (1999) – La Captive (2000) – Avec Sonia Wieder-Atherton (2002) – De l’autre côté (2002) – Demain on déménage (2004) – Là-bas (2006) – Tombée de nuit sur Shanghaï (2008) – À l’Est avec Sonia Wieder-Atherton (2009) – La Folie Almayer (2012) – No Home Movie (2015)

Les films de sa vie

« Si c’est ça le cinéma, je veux faire des films ! » Chantal Akerman, à propos de Pierrot le fou.
Cette liste est issue d’entretiens de la cinéaste* ainsi que de l’apport de quatre de ses proches : sa sœur, Sylviane Akerman ; la monteuse Claire Atherton ; la violoncelliste Sonia Wieder-Atherton et la productrice Marilyn Watelet.

* Principalement :
- « Une Cinémathèque imaginaire de Chantal Akerman », interview de 2000 par Frédéric Strauss pour La Cinémathèque française : https://www.cinematheque.fr/article/1152.html
- « Chantal Akerman : The Pajama interview », interview de 2011 par Nicole Brenez : http://www.lolajournal.com/2/pajama.html

Sa liste de films

En cliquant sur le pictogramme « commentaire » à gauche de certains titres de films, vous trouverez des précisions et citations.

    Ses films disponibles sur LaCinetek

    Fermer