François Truffaut

  • Cinéaste français, né à Paris en 1932 et mort à Neuilly-sur-Seine le 21 octobre 1984.

    Né de père inconnu, l’enfance de François Truffaut est marquée par sa détestation de l’école et ses conflits avec sa mère. Il se réfugie dans la lecture et fréquente assidûment les salles obscures. A 16 ans, il passe plusieurs mois dans un centre de redressement à cause de dettes liées au ciné-club qu’il a créé.  A sa sortie, André Bazin le prend sous son aile et l’aide à publier ses premières critiques de films. Au sein des Cahiers du cinéma et de la revue Arts, il se lie d’amitié avec Godard, Rivette, Chabrol, Rohmer, bande inséparable qui révolutionne la critique de l’époque et deviendra bientôt La Nouvelle Vague. En 1958 il réalise un court-métrage Les Mistons, suivi l’année suivante des Quatre cents coups, premier opus d’une saga autobiographique mettant en scène Antoine Doinel, son double de fiction, incarné par Jean-Pierre Léaud. Commence alors sa carrière de cinéaste, riche d’une vingtaine de longs-métrages, œuvre décisive et universellement reconnue. Sa vie tout entière sera consacrée au cinéma sous tous ses aspects : acteur dans plusieurs de ses films et dans Rencontres du troisième type de Spielberg, il produit les premiers films de Rivette et Pialat et poursuit régulièrement son travail de critique, notamment dans son ouvrage le plus célèbre, livre d’entretiens avec le maître du suspens : Le Cinéma selon Alfred Hitchcock.

     

  • Une visite (1954) - Les Mistons (1957) - Une histoire d'eau, cosigné avec Jean-Luc Godard (1958) - Les Quatre cents coups (1959) - Tirez sur le pianiste (1960) - Jules et Jim (1962) - Antoine et Colette (moyen métrage du film à sketches L'Amour à 20 ans) (1962) -  La Peau douce (1964) - Fahrenheit 451 (1966) - La Mariée était en noir (1968) - Baisers volés (1968) - La Sirène du Mississipi (1969) - L'Enfant sauvage (1969) - Domicile conjugal (1970) - Les Deux Anglaises et le continent (1971) - Une belle fille comme moi (1972) - La Nuit américaine (1973) - L'Histoire d'Adèle H. (1975) - L'Argent de poche (1976) - L'Homme qui aimait les femmes (1977) - La Chambre verte (1978) - L'Amour en fuite (1979) - Le Dernier métro (1980) - La Femme d'à côté (1981) - Vivement dimanche ! (1983)

Les films de sa vie

LaCinetek est heureuse de vous proposer une nouvelle rubrique.

Intitulée « Les films de leur vie », elle vient compléter les listes des réalisateurs associés et est consacrée aux grands cinéastes disparus qui ont laissé derrière eux une liste de leurs films préférés.

C'est tout naturellement François Truffaut qui inaugure cette rubrique avec la liste exhaustive des 130 films dont il parle dans Les films de ma vie.

Publié en 1975 et dédié à Jacques Rivette, Les films de ma vie est un recueil de textes choisis (inédits ou publiés dans "Les Cahiers du Cinéma" ou "Arts et Spectacles") consacrés aux films qu'il a aimés et défendus avec passion au cours des deux périodes de sa vie de critique et de cinéaste.

Ce voyage à travers la cinéphilie de François Truffaut s'articule autour de plusieurs thèmes : “Le Grand secret” à propos des cinéastes qui ont commencé au temps du muet, “Les Cinéastes du parlant”, “Quelques outsiders”, et “Mes copains de la Nouvelle Vague”. L’on y retrouve bien sûr de nombreux films de ces cinéastes préférés : Renoir, Hitchcock, Welles, Chaplin, Vigo, Bergman , Bunuel, Rossellini,… et d’autres plus secrets.

Nous remercions chaleureusement les éditions Flammarion et la succession Truffaut.

Sa liste de films

En cliquant sur le pictogramme "commentaire" à gauche de certains titres de films, vous retrouverez des citations issues du livre "Les films de ma vie", venant enrichir sa liste.

Ses films disponibles sur LaCinetek

Fermer