Bruce LaBruce

  • Artiste sulfureux et libertaire, Bruce LaBruce opère sous pseudonyme queer depuis les années 1980, pour déjouer la censure alors qu’il réinvente l’art explicite au sein de la scène punk-gay de Toronto. No Skin Off My Ass (1991), son premier long-métrage où il joue un coiffeur efféminé épris d’un skinhead, est une matrice de ses films d’amour fou qui explorent les marges – sexuelles, sociales, filmiques (tel l’iconique Hustler White, 1996). Depuis, Bruce LaBruce déjoue l’alphabet du cinéma : entre film d’Art warholien, Bis, X, Expérimental et série Z (Otto; or Up with Dead People et L.A. Zombie, 2008-2010). Gerontophilia (2013), comédie romantique entre un adolescent et un octogénaire, poursuit le travail de sape des normes de l’industrie du rêve. Saint-Narcisse (2020) présenté à Venise, manifeste dès son titre une quête de cinéma décidément iconoclaste, aussi à l’œuvre dans ses récentes réalisations pornographiques. 

    © Raul Hidalgo

  • No Skin Off My Ass (1991) - Super 8 1/2 (1994) - Hustler White (1996) - Skin Flick (1999) - Come as You Are (2000) - The Raspberry Reich (2004) - Sugar (2005) - Give Piece of Ass a Chance (2007) - Otto, or Up with Dead People (2008) - L.A. Zombie (2010) - Gerontophilia (2013) - Pierrot Lunaire (2014) - Ulrike's Brain (2017) - The Misandrists (2017) - Flea Pit (2018) - Saint-Narcisse (2020)

Their list of films

    Bonus exclusive content

    Close