Kenji Mizoguchi

Rassembler des films de Kenji Mizoguchi, c’est constituer un véritable trésor. Au début des années 1950, le cinéaste japonais réalise plusieurs chefs-d’œuvre profondément inspirés de sa propre vie et de son analyse du monde. Il pose un regard beau et délicat sur la condition humaine et dresse tout particulièrement des portraits poignants de femmes dans des sociétés patriarcales.

Nous avons aujourd’hui le bonheur et la fierté de proposer pour la première fois en VOD et en version restaurée quatre des films de Kenji Mizoguchi. Nous avions à cœur de pouvoir montrer des œuvres de Kenji Mizoguchi depuis la création de LaCinetek et grâce à Capricci qui a ressorti huit films restaurés du cinéaste l’été dernier, vous pouvez enfin (re)voir l’un des top des listes, Les Contes de la lune vague après la pluie (1953), Les Amants crucifiés (1954), L’Intendant Sansho (1954) et La Rue de la honte (1956).

L’un des chefs-d’œuvre de l’Histoire du cinéma, Les Contes de la lune vague après la pluie est la seule excursion de Kenji Mizoguchi vers le genre fantastique. Le cinéaste critique le conflit des désirs masculins et féminins à travers un conte de fantômes totalement onirique. Dans Les Amants crucifiés, Kenji Mizoguchi s’attaque à l’hypocrisie du Japon féodal et tout particulièrement aux valeurs chevaleresques de l’honneur qui cachent en réalité des relations de domination dont les femmes sont les premières victimes. Œuvre bien trop méconnue de Kenji Mizoguchi et l’un de ses rares films qui n’est pas un portrait de femme, L’intendant Sansho dénonce néanmoins des oppressions et raconte l’exploitation de l’homme par l’homme. Son tout dernier film, La Rue de la honte, retrace l’histoire bouleversante des jeunes femmes poussées à se prostituer et à se conformer aux exigences de ce marché du désir pour se sauver de la précarité.

Tournés à la fin de sa vie, ces quatre films s'attachent à dénoncer les oppressions et à traiter de la prostitution. Le cinéaste puise dans le souvenir de sa sœur vendue à une maison de geishas pour mieux explorer les rapports de domination entre les hommes et les femmes et délivrer un cinéma résolument féministe.

N'hésitez pas à découvrir le coffret Kenji Mizoguchi ici !

Ses films
Bonus exclusifs
Fermer
Jessica Hausner

Ce sont des histoires très émouvantes, qui en disent long sur la société traditionnelle japonaise

Les Contes de la lune vague après la pluie
Fermer
Jean Douchet

Il nous montre une sorte de panoramique de la condition des femmes dans la société japonaise

La Rue de la honte
Fermer
Gabriela Trujillo

L'événement capital de la vie du jeune Mizoguchi, c'est le moment où sa sœur est vendue à une maison de geishas

La Rue de la honte
Fermer
Arnaud Desplechin

Mizoguchi c'est le cinéaste du destin

L'Intendant Sansho
Fermer
Arnaud Desplechin

Il y a une furie chez Mizoguchi qui vient attraper le spectateur par le col

L'Intendant Sansho
Fermer
Jean Douchet

Il fait partie de ces gens qui d'emblée ont compris qu'est-ce que c'était que l'art du cinéma

Les Amants crucifiés
Fermer
Gabriela Trujillo

C'est un moment de grâce dans la carrière de Mizoguchi

Les Amants crucifiés