Programme Alice Guy

de Alice Guy1h151900-1907France

Une proposition de Gaumont

Première femme cinéaste au monde, Alice Guy a marqué l’histoire du Cinéma. Véritable pionnière, elle débute avec La fée aux choux, dont la première version date de 1896, premier film fantastique de l'histoire du 7e art et première fiction Gaumont. Quelques années plus tard, elle réalise une série de films autour de la vie du Christ et donne naissance au péplum (elle en offrira un remake quelques années après avec La Naissance, la vie et la mort du Christ – 1906, son chef-d’œuvre). C’est elle qui fait rentrer Louis Feuillade chez Gaumont, qui deviendra l’un de ses plus grands auteurs (Fantômas, Les Vampires, Judex). En ayant l’idée de filmer un tournage, elle invente le concept de making of et nous laisse une trace inestimable de l’ambiance des tournages du début du siècle. Ses œuvres abordent aussi plus ou moins en filigrane la question de la place de la femme dans la société du début du XXème siècle, comme Les Résultats du féminisme, Une femme collante et Madame a des envies. Ce ne sont que quelques-uns des nombreux aspects de la très riche carrière de la légendaire Alice Guy, que nous vous proposons dans cette anthologie « J’entendais, du matin au soir, parler de cinéma. Cependant, les films que l’on projetait n’étaient que des expériences de laboratoire : sorties d’usines, trains en marche, défilés de troupe. Il me semblait qu’on pouvait faire autre chose. M’armant un jour de courage, je demandai à monsieur Gaumont de m’autoriser à écrire et à faire jouer par mes camarades une ou deux saynètes. (…) La permission me fut accordée à condition que cela n’empiète pas sur mon travail de secrétaire. J’eus tôt fait de réunir quelques amis, de choisir mes costumes et d’écrire un semblant de scénario. A côté des ateliers de travaux photographiques, à Belleville, se trouvait un petit jardin, clos par un grand mur. C’est là que je mis en scène mon premier film, La fée aux choux. Je ne vous dirais pas que c’était une merveille ! cependant, si extraordinaire que cela puisse paraître aujourd’hui, ce fut un succès ; si bien que je fus autorisée à renouveler ma tentative. » Extrait de Alice Guy-Blaché (1873-1968) la première femme cinéaste au monde de Victor Bachy, éditeur Institut Jean Vigo (1993)

La fiche film

La Fée aux choux (1900, 1 min)

Un thème cher à Mademoiselle Alice et dont ce film est le premier exemple en date.

 

- Comment Monsieur prend son bain (1903, 1 min)

Un « déshabillage impossible » exploité par toutes les productions concurrentes et repris par l’attentive Mademoiselle Alice.

 

- Le Matelas épileptique (1906, 9 min)

Un terrain vague, un matelas habité par un vagabond endormi. Une scénarisation relativement plus complexe éloigne le film des simples pochades prisées par les cinéastes des premiers âges.

 

- Les Résultats du féminisme (1906, 7 min)

Alice Guy féminisme ? Peut-être une légende. Comme beaucoup de ses contemporaines, elle stigmatise ici les femmes et, en conséquence, caricature avec outrance mais une drôlerie indiscutable l’homosexualité, tant féminine que masculine, florissante en ce début de siècle.

 

- Madame a des envies (1906, 4 min)

Alice Guy, avec constance, revient aux problèmes de la maternité…

 

- Une femme collante (1906, 2 min)

Les relations entre maîtres et valets vues par Alice Guy à travers un humour très début-du-siècle.

 

- Le Bonnet à poil (1907, 5 min)

L’habituel chassé-croisé d’amants et d’époux trompés agrémenté ici d’une armoire révélatrice.

 

Une héroïne de quatre ans (1907, 5 min)

Beauté du décor du parc des Buttes-Chaumont, décor essentiel du film, et grâce nostalgique de ses visiteurs, mais aussi éclairant autoportrait d’Alice Guy en professeur d’éducation civique.

 

- La Naissance, la vie et la mort du Christ (1906, 34 min)

Entourée de grands collaborateurs de la firme à la marguerite, Alice Guy tourne son chef-d’œuvre au studio de la rue des Alouettes et dans la forêt de Fontainebleau. Vingt-cinq tableaux, trois cents figurants et acteurs, des animaux, des trucages et la supervision de deux jésuites. Il fallait que Léon Gaumont puisse se targuer de produire une œuvre aussi riche et ambitieuse que celle produite par Pathé en 1902 sous la direction de Ferdinand Zecca.

 

- Sur la barricade (1907, 5 min)

Probablement le dernier film tourné par Alice Guy au sein de la firme Gaumont avant son départ pour les États-Unis. Le chant du cygne de la cinéaste, rarissime exemple de film évoquant alors la Commune avec une certaine sympathie.

 

- Alice Guy tourne une phonoscène (1905, 2 min)

Destinée sans doute à la réclame de la firme Gaumont pour illustrer la magnificence de son « théâtre de pose » des Buttes-Chaumont et la technicité des phonoscènes qui y sont réalisées, le documentaire rare et unique d’une scène de prise de vues vers 1905

Générique et fiche technique
  • Générique

  • Informations techniques

    • Support de tournage :
    • Son d'origine :
    • Année de production : 1900-1907
    • Date de sortie en France : Invalid date
    • Type de Films :
    • Couleurs :
    • Langue :

Les autres films

    Fermer