Cukor / Ophüls
Rétrospective Cukor/Ophüls à la Cinémathèque de Toulouse

Du 1er au 18 décembre, la Cinémathèque de Toulouse organise une rétrospective autour de deux grands cinéastes classiques : George Cukor et Max Ophüls.
Tous deux sont de la même génération et ont débuté par la mise en scène de théâtre avant de faire carrière au cinéma. Ce sont deux auteurs qui ont créé et imposé leur propre style.

La Cinémathèque de Toulouse fait dialoguer le cinéma de chacun en confrontant leurs différentes approches de la mise en scène et de la condition féminine. Si Cukor (dont les trois films sont cités sur LaCinetek ne sont pas encore disponibles) aime à étudier les mœurs et à faire s’émanciper ses héroïnes par la comédie, il en est tout autrement chez Ophüls.

Ce dernier, d’origine allemande, n’a jamais réussi à s’imposer à Hollywood à l’instar de son confrère. Son cinéma est européen et ses œuvres les plus mythiques françaises. Chez Ophüls, les femmes sont prises au piège de leur propre condition et corsetées dans leur féminité. Leur drame est de toujours devoir sauver les apparences. De plus, le réalisateur marque ses films de son empreinte d'une extrême délicatesse, avec une caméra toujours fluide et un art du traveling et du plan-séquence qui servira de modèle à Kubrick.

Plongez-vous dans l’univers XIXe siècle et romantique d’un des plus grands cinéastes avec La Ronde (1950) recommandé par Christophe Gans, Lettre d’une inconnue (1948), figurant dans la liste de Hirokazu Kore-eda.
Et enfin Madame De (1953), qui figure parmi les films fétiches de Ira Sachs et Christoph Hochhäusler. A voir absolument avec le bonus de ce dernier ! 

Photo: Madame De... (1953), Max Ophüls